Tous les articles par Le potager de la coccinelle

Au Potager de la Coccinelle : début des préparatifs de l’hiver

L’hiver ne devrait normalement pas tarder au Potager et ailleurs. Pour éviter de nous retrouver tout triste et dans l’ombre, nous  avons entrepris d’ouvrir un peu notre bureau que l’on pouvait confondre avec une cave! Après avoir disqués les moellons du mur, le papa d’Eric est venu maçonner le tableau de la fenêtre que nous avions pris soin de poser. Deux battants de fenêtres, cela vaut des heures de triste éclairage artificiel, surtout qu’exposée plein Est, nous avons en prime le lever du soleil en fond!

Pose d’une fenêtre dans le mur de notre bureau

Il ne reste plus qu’à colmater les entrées d’air, isoler le mur intérieur du bureau et crépir sa face extérieure : quelques heures à s’occuper…

Nous ne pensons pas qu’à nous, mais aussi à tous ces insectes utiles qui nous accompagnent tout au long des saisons. Nous leur avons posé un petit nichoir (nichoir à insectes) pour qu’ils puissent trouver refuge cet hiver, à l’abri du froid et des prédateurs. Mais nous ne comptons pas nous arrêter là et allons poursuivre cette démarche en plantant une haie pour les héberger et les nourrir en toutes saisons, très bientôt…

Pose d’un petit nichoir à insectes

Une part importante de nos cultures ont été récoltées et les planches  de culture (bandes surélevées de terre sur laquelle nous implantons nos cultures) sont comme « vides ».

Planches de cultures sans cultures

Pour éviter les phénomènes de pertes de nitrates (forme d’azote),

Plantules de seigle (la grande) et de vesce (la petite)

l’érosion, rompre l’alternance de famille de cultures maraîchères et permettre d’apporter des éléments fertilisants au sol (incorporation) nous avons semé des engrais verts. La plupart étant destinés à être broyés puis incorporés au sol avant les premières implantations de culture de printemps.

Nous associons deux familles botaniques : une Poacées (auparavant appelée Graminée) avec du seigle (Secale cereale) et une Fabacées (auparavant légumineuse) avec de la vesce (Vicia sativa) . Chacune de ces deux espèces a ses propres caractéristiques mais sont complémentaires : rapidité de croissance, occupation de l’espace aérien, exploration racinaire, résistance au froid et particularité pour la seconde (Fabacées) de capter l’azote du sol via un mécanisme biologique contenu dans ses nodosités (amas racinaires envahis par des bactéries symbiotiques, fixatrices d’azote).

Belle levée d’engrais verts, malgré le manque de pluie sur le semis

Les premières gelées sont annoncées la semaine prochaine. Nous avons donc anticipé le montage d’une cloison en bottes de paille pour former une enceinte isolée dans laquelle nous allons pouvoir entreposer et stocker nos courges. L’objectif étant de les conserver le plus longtemps possible en les protégeant du froid et des variations de températures hivernales.

Murs de bottes de paille pour stockage hivernal des courges

Au potager de la coccinelle : l’automne est doux

  • L’automne avance doucement et les ravageurs (petits êtres qui se nourrissent de légumes) sont moins actifs que durant l’été. Cela vaut pour la majorité exceptés quelques uns, dont un en particulier enfin une : la mouche mineuse du poireau (Phytomyza gymnostoma). Cette mouche vient de passer son pic d’activité il y a une semaine environ, la majorité des pontes ont théoriquement  eu lieu. Ces dernières se trouvent généralement au niveau supérieur des feuilles de poireaux, après éclosion des œufs, les larves migrent ensuite jusqu’au niveau des fûts de poireaux. Des travaux conduits par la SERAIL indiquent qu’une fauche du haut de ces feuilles permet de limiter la migration de ces larves, qui se retrouvent dans des feuilles de poireaux desséchés au sol. C’est ce que nous avons fait cette semaine.

      Poireaux n’ayant put être couverts par un filet
Poireaux coupés

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Toutes les deux semaines, nous
    Plantation d’une série d’épinards

    recevons nos jeunes plants de légumes et essayons de les planter  dans la semaine qui suit leur réception. Cette semaine, cela a été un peu juste mais nous y sommes arrivés. Sous abris, avant de poser le plastique manuellement et de planter, nous avons fait un passage rotovator afin de former une planche souple en optimisant la largeur disponible sous abris.

 

 

 

  • L’automne étant particulièrement doux, les cultures qui apprécient les températures fraîches ont tendance à aller plus vite que ce que nous souhaiterions. C’est particulièrement le cas pour nos choux fleurs qui ont tendance à prendre une couleur un peu rosée

    Choux fleur rosé
  • Après une occultation en place durant six semaines, nous avons semé notre première série de carottes sous serre que nous récolterons au printemps prochain. La toile d’occultation a juste été retirée pour le semis, puis remise par dessus le semis (levée plus homogène) pour être définitivement enlevée juste avant la levée des carottes.
    Semis des carottes bottes

     

  • Et parfois, nous levons la tête de nos cultures  et c’est juste beau…

    Lever du soleil sur les serres du potager

Au potager de la coccinelle : petits et grands travaux, cinquième partie

Avec un automne relativement doux, les travaux du point de vente à la ferme avancent bien et cette semaine nous avons franchi deux grandes étapes.

  • La première : découper le futur emplacement de deux jolies fenêtres triangulaires dans la face Nord avant de terminer de fermer et d’isoler, avec de la laine de bois, les faces Nord et Est. Nous avons ensuite recouverts ces pans avec une membrane imperméable ( pare-pluie) pour les protéger de intempéries.

    Emplacement des futures fenêtres triangulaires
Laine de bois disposée sur la face Est…
…puis le pare pluie (membrane imperméable)
Sur la face Nord également
  • La seconde : essayer une première version d’aménagement intérieur pour disposer les légumes avec des meubles « provisoires » Le résultat nous plaît déjà beaucoup, reste à fabriquer les meubles, les vrais!

    Premières idées d’aménagement intérieur
Un ilot central avec palox bois donne un joli rendu

Dans le potager, hormis les récoltes hebdomadaires « classiques », nous avons ficelé et paillé nos cardons. Cela leur permet d’être dans le noir et ainsi que leur cardes blanchissent (en l’absence de lumière) avant d’être récoltées.

Cardons ficelés
Gaine noire (chaussette) enfilée sur les pieds des cardons

Au potager de la coccinelle : les petits bonheurs d’être maraichers

  • Il y a des jours où c’est le moment idéal pour les récoltes : nous sommes nombreux, les haricots sont au bon stade mais la météo ne semble pas informée et la pluie ne cesse de tomber..  Et c’est à ce moment là qu’elle (la météo) nous fait un joli cadeau…
  • Cette semaine fût également et surtout celle d’importantes plantations essentiellement sous abris (tunnels). Après avoir préparé les planches de cultures, nous les avons recouvertes manuellement d’un paillage plastique noir pré-percé avec une petite technique que nous avons filmée ici. C’est ensuite quelques dizaines de caisses de jeunes mâches, épinards et salades que nous avons plantés.
Plastique aussitôt posé, aussitôt planté
Un tunnel bien rempli, de salades exclusivement.
  • Cette automne, nous avons également décidé d’intégrer une nouvelle culture : le mesclun. C’est un mélange de jeunes pousses de  différentes variétés de salade. Nous verrons (et gouterons)  le résultat dans quelques semaines…

    Plants de jeunes pousses encore en caisse…
…les mêmes plantés.

Au potager de la Coccinelle : petits et grands travaux : quatrième partie

  • En début de semaine nous avons poursuivi le « chantier » d’aménagement de notre point de vente à la ferme : les températures fraîches des dernières semaines nous ont rappelées que nous devions monter et isoler les façades de notre point de vente  Pour conserver un peu de lumière naturelle, de visibilité et d’accès sur l’extérieur, nous avons inséré une vitre horizontale et une porte d’entrée vitrée, respectivement dans les pans Ouest et Nord.

Porte d’entrée vitrée

Après quoi, nous avons isolé ces deux faces avec de la laine de bois et les avons protégées (en attendant le bardage extérieur) avec un pare-pluie.

Vue extérieure façades Nord et Ouest
Larve ou fausse chenille de Tenthrède de la rave
  • Pendant ce temps, un nouveau ravageur était en train de dévorer nos jeunes feuilles de navets, compromettant leurs chances de donner de jolis navets et ce malgré les filets que nous avions posés dessus. Son  petit nom est Tenthrèdes de la rave ( Athalia rosae). C’est l’un des seuls représentant de l’ordre des hyménoptères (abeilles, fourmis, auxiliaires parasitoïdes…) qui est un phytophage des cultures maraîchères!

    Dégâts de Tenthrède sur navets

Pour nous remonter le moral, notre fin de semaine a été nettement plus heureuse! Grâce à l’aide d’une belle équipe d’Amapiens (membres de l’Amap Alpage) et de clients du mercredi, nous avons pu récolter toutes nos pommes de terre après les avoir arrachées avec une arracheuse à pommes de terre (vidéo).

Près de 6 tonnes de Bintje, Cephora, Alliance, Fontane et Cheyenne sont désormais stockées et vont pouvoir être conservées et vendues jusque, nous l’espérons, au printemps prochain.

Un grand merci à vous pour votre aide!!!!