Au potager de la coccinelle : la pluie revient

Pour bien commencer l’année, ce sont les premières pluies de l’année que nous avons accueillies avec joie. Celles-ci ont permises de commencer à remplir notre étang et il était temps! Nous commencions sérieusement à voir son fond.

Début remplissage de l’étang par les premières « vraies » pluies

Le remplissage de l’étang ne suffit pas à permettre d’arroser les cultures. Pour que l’eau soit acheminée jusqu’aux légumes, il faut un système d’irrigation complet. Ces dernières semaines nos avons débuté l’enfouissement d’un réseau d’irrigation sur une nouvelle parcelle.

Réalisation des tranchées d’irrigation – Suite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les tranchées que nous avons réalisées nous ont permises de nous rendre compte de la nécessité d’améliorer le drainage de cette parcelle : elles se sont rapidement remplies d’eau sous l’effet des fortes pluies.

Eau de pluie captée par les tranchées des tuyaux d’irrigation

Les premiers plants de l’année vont arriver la semaine prochaine, nous avons commencé à préparer les planches dans les tunnels : épinards et navets vont pouvoir être plantés.

Planches prêtes à accueillir les premiers épinards et navets de l’année

Il sera également temps de semer nos premières séries de petits pois et pois gourmands. Ceux-ci vont faire suite à notre culture de tomates de l’an dernier. Il faut donc commencer par décompacter et ameublir les planches un peu « tassées » par quelques mois de paillage à l’aide d’un cover-crop (déchaumeur à disques). 

Décompactage des planches

Pour former les planches, nous avons ensuite passé notre cultibutte autoconstruit.

Passage du cultibutte

Pour les semis, nous terminons la préparation avec un passage de rotovator pour créer un lit de semence plus homogène, souple et fin.

Préparation finale avant semis de petits pois et pois gourmands

Dans un autre de nos tunnels, nous avons semé notre seconde série de « carottes bottes », après avoir retiré l’occultation et l’avoir remise après semis, pour optimiser l’efficacité de la technique.

 

 

 

 

 

 

Et parfois, en levant les yeux de nos cultures,  le ciel nous fait un petit cadeau..