Au potager de la Coccinelle : derniers travaux de l’année

Cette été nous avons entrepris de produire des choux à choucroute. Après quelques mois de culture, nous les avons récoltés avant les premiers froids. Une première partie avait déjà été transformée en choucroute. Cette semaine nous avons préparé la seconde partie des choux que nous avions mis à l’abri.

Préparation des choux avant découpe

Après le parage des  choux, nous les découpons et éminçons très finement.

Eminçage des choux

Les lamelles sont déposées dans un fût alimentaire, avec du sel, et tassées. Le fût plein, nous le fermons pour permettre à la fermentation de démarrer…

La neige a fait un rapide passage sur le potager, c’est toujours joli mais cela complique beaucoup les récoltes!

Les filets non tissés, protégeant les céleris rave, étaient bien assez lourd sous le poids de la couche de neige!

Récolte de céleris rave sous filets enneigés

En cette saison, il est aussi temps de faire un peu de nettoyage dans les tunnels, qu’il s’agisse des abords ou des planches de culture elle-même. Pour certaines cultures c’est plus long et fastidieux que pour d’autres. C’est le cas des tomates qui nécessitent d’être arrachées, détachées (retire les clips de fixation) et sorties des tunnels! Il faut ensuite détacher toutes les ficelles qui ont permises aux plants d’être suspendus, plier et sortir les paillages et enrouler les gaines d’arrosage (goutte à goutte)!

Plants de tomates de la saison séchés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tunnel vidé, toiles balayées

L’hiver, c’est aussi la saison pendant laquelle nous avons un peu de temps pour aménager nos parcelles. Depuis l’année dernière, nous avons mis en culture une parcelle supplémentaire. Ceci avait été possible tardivement dans le printemps et nous n’avions pas eu la possibilité d’optimiser le système d’irrigation. Après une première saison, nous avons défini le schéma le plus approprié pour arroser cette parcelle et limiter les déplacements des rampes et raccords d’irrigation. Toutes les conduites principales seront enterrées afin que l’on puisse circuler en tracteur sur la parcelle sans risquer d’écraser des tuyaux ou des raccords. Toutes les tranchées ont été faites avec une pelle, sans trop de difficultés hormis une zone délicate où est enterrée une alimentation électrique.

Pelle servant à la réalisation des tranchées pour enterrer l’irrigation

 

Pour la détecter, nous utilisons une technique de détection des cavités (vide créé dans le sol par la gaine électrique)à l’aide de deux baguettes de cuivre coudées. Cela nous a permis de ne pas arracher cette ligne électrique lorsque nous avons creusée la partie qui croisait cette fameuse ligne.

Tranchée creusée