Au Potager de la Coccinelle : début des préparatifs de l’hiver

L’hiver ne devrait normalement pas tarder au Potager et ailleurs. Pour éviter de nous retrouver tout triste et dans l’ombre, nous  avons entrepris d’ouvrir un peu notre bureau que l’on pouvait confondre avec une cave! Après avoir disqués les moellons du mur, le papa d’Eric est venu maçonner le tableau de la fenêtre que nous avions pris soin de poser. Deux battants de fenêtres, cela vaut des heures de triste éclairage artificiel, surtout qu’exposée plein Est, nous avons en prime le lever du soleil en fond!

Pose d’une fenêtre dans le mur de notre bureau

Il ne reste plus qu’à colmater les entrées d’air, isoler le mur intérieur du bureau et crépir sa face extérieure : quelques heures à s’occuper…

Nous ne pensons pas qu’à nous, mais aussi à tous ces insectes utiles qui nous accompagnent tout au long des saisons. Nous leur avons posé un petit nichoir (nichoir à insectes) pour qu’ils puissent trouver refuge cet hiver, à l’abri du froid et des prédateurs. Mais nous ne comptons pas nous arrêter là et allons poursuivre cette démarche en plantant une haie pour les héberger et les nourrir en toutes saisons, très bientôt…

Pose d’un petit nichoir à insectes

Une part importante de nos cultures ont été récoltées et les planches  de culture (bandes surélevées de terre sur laquelle nous implantons nos cultures) sont comme « vides ».

Planches de cultures sans cultures

Pour éviter les phénomènes de pertes de nitrates (forme d’azote),

Plantules de seigle (la grande) et de vesce (la petite)

l’érosion, rompre l’alternance de famille de cultures maraîchères et permettre d’apporter des éléments fertilisants au sol (incorporation) nous avons semé des engrais verts. La plupart étant destinés à être broyés puis incorporés au sol avant les premières implantations de culture de printemps.

Nous associons deux familles botaniques : une Poacées (auparavant appelée Graminée) avec du seigle (Secale cereale) et une Fabacées (auparavant légumineuse) avec de la vesce (Vicia sativa) . Chacune de ces deux espèces a ses propres caractéristiques mais sont complémentaires : rapidité de croissance, occupation de l’espace aérien, exploration racinaire, résistance au froid et particularité pour la seconde (Fabacées) de capter l’azote du sol via un mécanisme biologique contenu dans ses nodosités (amas racinaires envahis par des bactéries symbiotiques, fixatrices d’azote).

Belle levée d’engrais verts, malgré le manque de pluie sur le semis

Les premières gelées sont annoncées la semaine prochaine. Nous avons donc anticipé le montage d’une cloison en bottes de paille pour former une enceinte isolée dans laquelle nous allons pouvoir entreposer et stocker nos courges. L’objectif étant de les conserver le plus longtemps possible en les protégeant du froid et des variations de températures hivernales.

Murs de bottes de paille pour stockage hivernal des courges