Au potager de la coccinelle : préparation des mois à venir

Ces derniers jours, nous avons commencé à anticiper la saison des ventes hivernales :

  • La première série d’oignons jaunes (ou oignons de garde) a été récoltée. Avant tout, nous avons attendu qu’ils aient atteint leur maturité et qu’une dizaine de jours de beau temps, sans pluie, soit annoncée. Dès lors, nous les avons arrachés, à l’aide d’une arracheuse à pommes de terre, afin de faciliter leur ramassage et de commencer à les faire sécher, au champ. Ensuite, nous les avons mis en petites caisses uniquement pour les transférer dans un tunnel vide, afin qu’ils poursuivent leur séchage. Dans quelques semaines, nous les rentrerons définitivement dans un bâtiment, à l’abri du froid et de l’humidité.
Oignons jaunes ramassés en caisse
  • Nous avons également fait un second passage de binage dans les poireaux, toujours avec les étoiles de binage auto-construites permettant d’intervenir au plus près du rang. Le binage permet de détruire l’herbe entre les rangs,
    mais également d’aérer le sol, cassant la croute de surface, relançant ainsi la minéralisation de l’azote organique du sol.
Parcelle de poireaux après binage
  • Du côté des salades, en cette saison en plus des « classiques » feuilles de chêne, batavia et autres laitues, nous avons implanté une première série de chicorées (frisée, scarole et pain de sucre).

  • Mais en même temps, c’est aussi le début du pic de production des légumes dits « ratatouille », en particulier celui de l’aubergine.
    Jeunes de punaise verte ou Nezara viridula venant de sortir de leurs œufs

    Nos plants produisent jusqu’à ce jour assez bien mais cela ne devrait hélas pas durer… Cette culture a la chance de pouvoir héberger toute une faune auxiliaire (coccinelles, punaise prédatrice de thrips, larves de mouches prédatrices d’acariens…) mais aussi toute une cohorte de ravageurs dont un, enfin plutôt une, particulièrement redoutable : une punaise phytophage, la punaise verte ponctuée (Nezara viridula). Cette dernière se nourrit en piquant les tiges, le haut des plants mais surtout le pédoncule (l’attache) des fleurs. Ces fleurs piquées flétrissent, tombent et ne donneront donc jamais de fruit, d’aubergine!